IG_Porcelaine_Limoges_matiere5

L'âge "d'or blanc"

L'âge d'or...

Le XIXème siècle marque l'essor de la Porcelaine de Limoges et forge sa légende. 

L'arrivée de la famille Haviland, dont la volonté de pourvoir au marché américain, donne un élan inédit au secteur : en 1860, l'usine Haviland compte 6 fours et 200 ouvriers dont 128 décorateurs, quarante ans plus tard, le nombre de salariés est multiplié par 10 et les fours par 3. Ce développement nécessite la formation d'ouvriers et de peintres afin de répondre aux importantes commandes des arts de la table, de nouvelles techniques de décoration (chromolithographie) permettent alors diversifier les décors. 

A cette même période, les nombreux prix attribués aux manufactures lors des expositions universelles, contribuent également à renforcer la renommée internationale de la Porcelaine de Limoges. 

Dans les années 1900, la porcelaine est le premier pourvoyeur d'emplois de la ville avec 11 000 ouvriers répartis sur une trentaine de sites de fabrication auxquels il convient d'ajouter des ateliers de décoration indépendants et des commerces de vente.

Parallèlement à cela, tout un écosystème se met en place avec la naissance de nouveaux quartiers autour des usines, de commerces florissants, d'axes de transports, etc...
C'est ainsi qu'au-delà de l'expansion économique, la Porcelaine de Limoges a véritablement façonné la ville en dessinant son urbanisme et en laissant son empreinte sur de nombreux bâtiments limougeauds, tels que les halles ou encore le pavillon du Verdurier.

Billet Home